Réponse aux questions... la FAQ d'apicuture

Je suis apiculteur, ça commence à se savoir :) . Et les amis ne manquent pas de venir pour discuter abeilles et posent des questions auxquelles j'adorent répondre, qui n'aimerait pas ! J'ai pensé qu'il serait intéressant de faire une sorte de FAQ pour néophytes passionnés de nature, d'apiculture et d'abeilles. Les réponses n'engagent que moi, j'accepte toutes les critiques ... constructives.


Les  frelons asiatiques sont bien plus gros que nos frelons

Non, les frelons asiatiques sont plus petits et très reconnaissable avec leur couleur Frelons dans un piegesnoire. Je pense avoir attrapé quelques fondatrices en tout début du mois de novembre (2012) à l'endroit où sont stockés les ruches en attente de fonte des cadres. Elles sont de la taille d'un frelon européen mais avec les couleurs caractéristiques du frelon asiatique. Ils sont très agressives et leur piqûre est plus douloureuse, non, ils ne sont pas du tout agressifs, je peux le confirmer pour en avoir tué plusieurs centaines devant mes ruches sans aucune agression. Quand à leur piqûre elle n'est pas plus douloureuse que celle d'une abeille. Par contre, ils sont très dangereux lorsque l'on s'approche trop prés de leur nid (4/5m) et qu'ils se sentent agressés. Dans ce cas leur attaque est très virulente, ils sont capable de projeter du venin dans les yeux à travers les voiles d'apiculteur, leur dard est très long, 4mm, et peu traverser les protections habituelles.  





1ere récolteTu le fais comment ton miel

Je ne fais pas mon miel, c'est les abeilles qui récoltent du nectar, sécrétion sucré produit  par les fleurs ou du miellat, produit par certains pucerons à partir de la sève de plantes. Pour conserver cette récolte d'eau sucré et éviter la fermentation, les abeilles sont obligées de diminuer le pourcentage d'eau, pour cela elles utilisent plusieurs méthodes, elle 'travaillent' le miel dans leur jabot, ce qui modifie la constitution des sucres (hydrolyse) pour en rendre possible la digestion. Le miel passe d'abeille en abeille avant d'être placé dans une alvéole. Elles ventilent la ruche, en battant des ailles devant l'entrèe. Elles déplacent le miel jusqu'à ce que le taux d'eau dans le miel est atteint un taux d'humidité d'équilibre avec l'air ambiant dans la ruche. c'est un sujet très vaste que vous pouvez approfondir dans l'article 'Technique du miel'. Pour moi, l'apiculteur, le travail consiste à récupérer le miel en évitant de gâcher le travail des abeilles. Pou cela, la meilleure des solutions est la plus simple et la plus naturelle : Extraction, filtrage dans un maturateur, pas de refonte, pas de traitement, rien d'ajouté.

Comment font les abeilles sans les apiculteursEssaim sans domicile

Les abeilles existaient bien avant nous et existerons bien après. Bien que, nous sommes capable du pire et les 30 dernières années sont le summum du 'marcher sur la tête'. Des produits chimiques de plus en plus toxiques sont utilisés pour le traitement des cultures. A un tel point que le nombre d'apiculteur a beaucoup baissé pendant cette période, surtout dans les régions de culture intensive. La tendance semble être à plus de prudence, mais rien n'est gagné. Il faut savoir qu'aux États Unis, une ruche rapporte plus quand elle est louée pour la pollinisation que pour le miel. Et qu'en Chine, dans certaines régions très industrielles, la fécondation des arbres fruitiers doit être réalisée au pinceau, fleur par fleur, faute d'abeille. De très récentes études (fin 2012 Sciences et avenir) ont démontrées la synergie destructrice de cocktail de produit de traitement des cultures à des doses bien plus faibles que celles préconisées . Confirmation de ce que les apiculteurs avaient identifiés depuis longtemps. Un jour il faudra choisir entre rendement et biodiversité. Enfin c'est ce que veulent nous faire croire les céréaliers et leurs copains les fabricants de phyto.

Je pense qu'un jour il faudra choisir entre argent et intelligence de vie ou entre argent et futur pour nos enfants. En attendant, les abeilles se débrouilleraient bien mieux si les hommes n'étaient pas là. Nous, apiculteurs devons nous poser quelques questions. Comment conserver et développer notre cheptel, aider nos abeilles à résister au varroa et aux autres maladies, sans utiliser de méthodes plus agressives que celles qu'utisent ceux que nous critiquons. Nous devons aussi nous interroger sur les sous-espèce d'abeilles que nous élevons, il n'est pas innocent d'importer des abeilles comme les buckfasts qui risquent de polluer les abeilles noires qui étaient endémiques dans notre pays. Les Buckfast sont des hybrides de sous-espèces d'abeilles. Certains croisements avec des abeilles noires locales peuvent donner des abeilles très agressives. 

Le frelon asiatique permet de donner un autre exemple de l'adaptation des abeilles. En Asie, des espèces ont mis au point une technique pour tuer les frelons par la chaleur en formant une boule autour de lui. Mais ce n'est qu'une partie de leur système de défense et il suffit de regarder certaines de nos ruches pour comprendre que nos abeilles sont déjà en cours d'évolution : elles montent la gardent en groupe, sont capables d'attaquer à plusieurs un frelon, referme toutes les issues pour les rendre plus facile à défendre. La sélection est en marche, au grand dam des créationnistes, Mr darwing avait raison. Certaines lignées vont disparaître, les plus adaptées vont rester, à nous d'aider... en restant le plus humble possible. 

Pourquoi ton miel est cristallisé

Par ce que c'est l'état naturel d'un miel stocké à température ambiante (mon stock est dans un local non chauffé). Le miel cristallise d'autant plus vite que la température baisse, jusqu'à une limite de 14°. En dessous, le miel devient trop visqueux, la cristallisation devient impossible. Bien sur si vous mettez du miel au congélateur, il va geler, mais geler n'est pas cristalliser. Si vous dégelez du miel, il reprendra l'état dans lequel il était avant la congélation. La cristallisation est un phénomène tout à fait naturel, qui se produit lorsque la quantité de sucre dilué dans l'eau est supérieur au seuil de saturation. Ce seuil diminue lorsque la température diminue. Pour simplifier, vous pouvez facilement diluer une grande quantité de sucre dans de l'eau chaude, mais si vous laissez ce mélange refroidir, le sucre va cristalliser au fond du verre. Vous venez de reproduire ce qui se passe avec du miel sortant d'une ruche à plus de 30° et stocké à température ambiante. Alors vous allez me dire, comment cela se fait que lorsque j'achète du miel en supermarché, il est liquide. Il y a plusieurs explications possibles : Certains miels cristallisent très lentement (acacia), parce qu'ils contiennent plus de Fructose que de Glucose (sucres élémentaires cf article : Technique et Qualité du Miel  ) . Il Miel défigé par la chaleurfaut que ce soit des miels extrêmement pures. L'autre explication est l'utilisation d'une technique par les industriels du miel, ils stockent le miel dans des fûts de 200 litres, ce miel cristallise naturellement. Lorsque les industriels décident de mettre ce miel en pot, ils placent les fûts dans des étuves ou placent une résistance chauffante dans le fût. Le miel fond et si la température est  maintenue assez longtemps, tout les cristaux sont dissous, le miel ne cristallisera plus ou du moins beaucoup plus lentement. Ce traitement n'est pas innocent, je ne le pratique pas et donc mon miel est cristallisé quelques mois après la récolte. Mais rien ne vous empèche de mettre votre miel dans un endroit tiède, par exemple au dessus d'un radiateur pendant quelques heures, il retrouvera une texture liquide. Mais je trouve bien plus facile de tartiner et de manger du miel cristallisé ou crémeux...


C'est quoi ton miel crémeux

C'est bon, ça c'est sur. C'est un avis assez partagé. J'ai fait le choix de rendre crémeux des miels qui deviennent très durs après cristallisation. Il faut une cuillère solide pour arriver à se servir. Ce sont des miels de fleurs, récoltés à Reyterie, mais je n'ai pas encore réussi à déterminer la fleur à l'origine de cette caractéristique. Je ne veux et ne peut pas non plus stocker ce miel dans un local chauffé. J'ai essayé de le transformer en miel crémeux et c'est une réussite puisqu'il reste souple. L'hiver il faut le laisser à température ambiante et il retrouve sa structure.

La méthode est assez simple. D'origine, dans la ruche, le miel contient des cristaux, que l'on appelle cristaux primaires. Le miel cristallise à partir de ces cristaux, en copiant la forme (structure) des cristaux primaires. Si les cristaux primaires fabriquent des gros cristaux, le miel sera constitué de gros cristaux qui vont ressembler à des grains de sucre cristal. Ce n'est pas très agréable bien que tout à fait naturel. Le miel de tournesol cristallise rapidement avec une structure très fine. Il suffit de prendre un pot de 500gr de ce miel, de le brasser pour qu'il devienne souple. C'est 500grs sont mélangé à 5kg de miel liquide, juste sorti du maturateur. Cela va avoir pour effet d'augmenter considérablement le nombre de cristaux primaires. C'est ce que l'on appelle 'ensemencer' et à pour résultat de déclencher la cristallisation du miel liquide.  Ce mélange doit être brassé régulièrement, au minimum 2 fois par jour et maintenu le plus près possible de 14°C, température à laquelle le miel cristallise le plus vite. Au bout de quelques jours, les 5kg sont bien cristallisé mais le brassage donne la texture crémeuse. Ces 5kg peuvent à leur tour ensemencer une centaine de kilo de miel liquide qu'il faut brasser régulièrement et garder 'au frais' jusqu'à ce que le miel soit à la limite de ne plus s'écouler du maturateur. A ce moment, il ne faut pas traîner et mettre le miel en pot.  Vous allez me dire, la cristallisation devrait continuer dans le pot et le miel devrait devenir aussi dur que si je l'avais laissé cristallisé tout seul. Là rentre en compte une autre caractéristique de la cristallisation, elle est bloquée lorsque la viscosité devient trop importante. Dans un miel visqueux, les molécules de sucre ne peuvent plus se déplacer pour former d'autres cristaux, il reste dans l'état. Par contre, c'est un état instable, si vous stocké ce miel à une température trop haute, la cristallisation reprendra et les cristaux suivront. Conserver votre miel crémeux entre 18 et 0°. Pour être complet, les pro conserve une partie de leur miel crémeux pour ensemencer le miel de l'annèe suivante, le tournesol ou le colza sont des miels à cristallisation fines qui peuvent servir de base. Les pros utilisent des malaxeurs à rotation très lente qu'il laisse tourner presque tout le temps. j'espère pouvoir m'en fabriquer un avant l'annèe prochaine.

    

Pourquoi les apiculteurs donnent du sirop aux abeilles avant l'hiver.

Tout simplement parce qu'après avoir pris leur miel, il faut leur donner de quoi tenir tout l'hiver. Les abeilles ne fabriquent pas le miel pour les beaux yeux de l'apiculteur, c'est leur réserve. Les abeilles vivent en colonie tout au long de l'année à la différence des guêpes ou des frelons asiatiques qui ne le sont que pendant la belle saison. Les frelons et les guêpes élèvent de nombreuses reines juste avant l'arrivée du froid. Ces reines sont fécondées et vont attendre tout l'hiver dans des troncs d'arbre ou des trous dans la terre. Elles sont capables de résister au froid de nos régions (-15°C) sans problème. Elles sortent dès les premiers rayons de soleil avant même les abeilles, du moins pour les frelons asiatique qui sont plus résistants au froid que les abeilles. Dès que la température le permet ces reines vont construire un début de nid et élever quelques frelons ouvrières et lancer un nouveau cycle. Ce qu'il faut savoir, c'est que le nombres de reines est très important et la compétition est très rude.

Les abeilles utilisent une autre méthode pour survivre à l'hiver. Lorsque l'hiver arrive, les dernières abeilles qui naissent, quelques milliers quand même, ne vont avoir comme seul travail de passer l'hiver. Ces abeilles sont un peu spéciales, bien qu'issues des même types d'oeuf que toutes les autres, c'est leur nouriture qui est différente, elles vont être nourries en abondance et vont même manger les larves, c'est à dire les abeilles avant quelles ne se transforment. Ce qui va leur apporter des protéines en grande quantité. Elle vont aussi se nourrirent du miel que les abeilles de la belle saison auront stockées. Leur seul travail va consister à former une boule très compact que l'on appelle grappe, autour de la reine. Ainsi elles pourront maintenir une température proche de 33°C même si la température extérieure passe en dessous de -15°C voir moins. Tout au long de l'hiver, cette grappe va se déplacer dans la ruche, pour rester le plus proche possible de leur stock de miel.

Les abeilles transforment le sirop de sucre en miel, comme elles feraient avec du nectar de fleur. Bien sur, le miel naturel, d'origine florale, est bien meilleur que le miel fabriqué à partir du sucre et c'est pour cela qu'un apiculteur ce doit d'être raisonnable en laissant le maximum de miel naturel à ses abeilles. Pour ma part, je ne prends pas les cadres de miel du corps de la ruche, uniquement ceux des hausses. Les hausses sont installées pendant la belle saison, et sont enlevées lors de la dernière récolte de miel. L'hiver les abeilles sont dans le corps de la ruche. Il faut aussi laisser assez de temps aux abeilles en fin de saison pour quelles garnissent la ruche de miel. 


Le sirop d'hiver ou le candi, peut-il être retrouvé pas dans ton miel :

Oui, dire l'inverse serait mentir. Il est de la responsabilité de l'apiculteur de tout faire pour l'éviter, mais cela est impossible à garantir. Pourtant, juste plus haut j'ai bien indiqué que je ne récolte pas les cadres du corps de la ruche, uniquement les cadres de hausses, qui ne sont pas sur la ruche lors des nourissements au sirop. Mais les abeilles déplacent souvent le miel et d'autant plus lors des restructurations de printemps. L'hiver, il y a très peu de place utilisée pour la ponte et l'élevage, mais lorsque la température augmente, la ponte reprend et plus la saison avance, plus la place réservée au couvain ( élevage des larves) devient importante. Au moment de la pose de la première hausse, les abeilles peuvent déplacer le reste de miel de la ruche vers la hausse.

Si il est impossible de garantir qu'il n'y aura jamais de sirop dans le miel de printemps, il est possible de le limiter par plusieurs actions. Tout d'abord rien ne sert de trop nourrire, il faut soupeser la ruche et vérifier les réserves. Dès que la chaleur augmente, il est possible de griffer une partie des rayons de miel operculé et cela à chaque visite. Les abeilles vont consommer  le miel, ce qui provoque une sorte de nourissement spéculatif et booster la ponte de la reine (attention ce n'est pas sans danger, il faut rester vigilant, à éviter si une période de disette s'annonçe). Une autre régle, évidente, ne jamais nourrire quand les hausses sont posées, bien que, l'annèe 2012 est un contre exemple. Cette annèe, le début de saison a été magnifique, il a fait beau et sec dès janvier, et malgré des périodes très froides, les abeilles ont pu sortir régulièrement, si bien que fin mars, certaines ruches étaient prêtes à recevoir une hausse. Plein d'abeilles, du couvain sur plus de la moitié des cadres, une annèe magnifique en préparation. Le mois d'avril a été une catastrophe, il a plut pendant un mois, sans aucun répit. Les abeilles très nombreuses, presque sans réserve ont manqué de nourriture et ça été dramatique pour les ruches sur lesquelles les hausses étaient en place que je me suis refusé à nourrire. Début mai, certaines ruches étaient quasiment décimées, elles n'ont pas produis de miel, alors que de jeunes essaims que j'avaient continués à nourire on fait une belle saison. Je pense que j'aurais du donner un peu de sirop à ces ruches quitte à enlever les hausses au retour du beau temps. Mais même en les laissant, il y avait très peu de chance pour que l'on retrouve du sirop dans le miel, les abeilles avaient bien trop faim pour stocker quoi que ce soit!

Si du sirop à la moindre chance de se retrouver dans le miel, la moindre des choses est d'en connaître la composition. Cette information est impossible à obtenir quand le sirop est acheté, une des raisons à cela est que la dernière mode est de le fabriquer à partir d'amidon, à grand renfort d'acide et de chaleur. L'amidon se retrouve dans le miel. C'est une des plus fréquentes fraudes des miels d'origine de pays où l'apiculture se pratique sans scrupule et mais aussi, même si c'est loin d'être aussi fréquent et souvent par méconnaissance, par des apiculteurs locaux. Le sirop de nourissement ne devrait être que du sucre, le top étant à partir du sucre bio. Il peut être inverti mais avec un acide alimentaire type acide citrique, c'est celui que l'on trouve dans tout les bonbons et en limitant la température. A vous consommateurs à être exigent, car ce n'est parce que le miel est un produit 'naturel' qu'il n'est pas frelaté.


Les piqures d'abeilles ça fait mal et c'est dangereux

Oui, ça fait mal, même après de nombreuses piqûres, rien ne change au niveau de la douleur. C'est assez violent mais ça ne dure pas. Ce qui a  changé avec le temps pour moi, c'est la diminution de l'inflamation. Maintenant, une piqure est douloureuse quelques instants, un minute voir moins si je travail. Dans la journée j'ai une petite inflation qui a disparu le lendemain. Puis le sur-lendemain, j'ai une démangeaison qui dure 1 à 2 jours. Et pourtant, ça avait mal commencé les abeilles et moi, depuis toujours j'ai eu la phobie des abeilles, en bon gars de la ville, une seule me passant à côté suffisait à me faire partir en courant, véridique. C'est une histoire que je raconte dans la page de présentation de l'apiculture : Les abeilles . Pour revenir aux piqûres, ma 'désensibilisation mental et physique'   c'est faite en 2 fois. La première, lors que j'ai été aidé mes amis Stefen et Mary, apiculteur à récolter le miel d'acacia et je pense avoir vu plus d'abeille en une journée que n'en verrons beaucoup d'apiculteurs amateur , voir les photos 'La récolte d'acacia'. J'ai été piqué de nombreuses fois, au ventre et au bras en portant les hausses; Puis une autre fois, en travaillant sans gant dans un rucher d'abeille Buckfast sauf une de noires bien agressives, bilan 7 piqûres à la même main. Le lendemain, elle était gonflée comme un ballon et mon bras commencé aussi. J'ai appelé mon ami Stefen, cela lui était déjà arrivé, il m'a dit qu'il fallait surveiller. Le lendemain c'était un peu mieux et je n'avais plus rien 3 jours après. Et depuis, je pense que plus je me fais piquer moins je réagis.

 Mais j'ai de la chance, des apiculteurs ont été obligé d'arrêter parce qu'il avait des réactions allergiques aux piqûres. Il est n'est pas possible d'être apiculteur sans ce faire piquer; Et pourtant, les choses changent, il était de bon ton d'aller voir ses ruches en chemisette à manche courte, puis il y a eu quelques très rares cas d'apiculteur mort par les piqûres mais surtout une alerte du corps médicale pour dire que si une piqûre peut être bonne pour l'arthrose, un grand nombre de piqûre est mauvais pour la santé. Ce n'est pas être 'chochotte' que de mettre les gants, c'est faire attention à soit. Par contre, avec le temps, la connaissance des abeilles permet de faire beaucoup de chose sans protection; Par exemple mon atelier de menuiserie est juste à côté de mon stockage de hausse, il m'arrive de travailler dans un nuage d'abeilles sans n'avoir jamais été piqué, une abeille qui butine ne pique pas, sauf si vous l'agressée. Essayé, approché votre doigt, elle va partir. Elle n'a rien a défendre, ce qui n'est pas le cas lorsque l'on ouvre une ruche ou que l'on passe trop prêt;

Tant que vous ne connaissez pas votre sensibilité au venin d'abeille, il faut faire attention. Et si votre réaction alllergique est importante ou si la piqure est dans la bouche, il faut absolument aller au urgence. Il faut savoir que le venin d'abeille est thermolabile, c'est à dire qu'il se dégrade à la chaleur, vous pouvez utiliser une source de chaleur, la cigarette n'est pas terrible pour la santée, mais efficace pour diminuer les réactions que provoque le venin.